Feuilleton chanté 3

Résumé

Histoire de la Chanson / feuilleton chanté / 3e épisode
Auditorium de la Cité de la Musique, Marseille, 29 octobre 2008

De l’Empire à la fin de la Grande Guerre

Les changements de régime et les faits de guerre sont ici aussi mis en chanson. On prend parti : des chansonniers relaient les prises de consciences sociales qui suivent les progrès de l’industrialisation. Observateurs de leur temps, Béranger, Désaugiers, Pierre Dupond, puis Jules Jouy, Bruant (et tout le Chat Noir) ou Montéhus le décrivent sans complaisance. Pendant ce temps la romance vient adoucir les angles (avec les premiers chanteurs de charme comme Paul Delmet), des diseuses apparaissent, qui épinglent les hypocrisies puritaines (Yvette Guilbert). Le patriotisme et l’esprit revanchard se caricaturent en des chansons sans distance, alors que la Grande Guerre fait naître des chants déchirants de poilus anonymes…

Titres interprétés

- Le 14 juillet (1829, Pierre-Jean de Béranger, sur le timbre : A soixante ans il ne faut pas remettre)
- La Marche d’Austerlitz (1805, Léonce Chomel, sur le timbre : R’li r’lan tan plan)
- Paris à 5 heures du matin (1808, Désaugiers, sur le timbre : La Contredanse de la Rosières)
- Les Épisodes de 1815 (1815 ?, Dérémy, sur le timbre : Air de Yelva)
- Le Vote universel (1848, Eugène Pottier, sur le timbre : Le gros Major m’a dit…)
- La Marseillaise des cotillons (1848, L. de Chaumont, sur le timbre : La Marseillaise)
- Le Temps des cerises (1866-68, JB Clément / Antoine Renard, chez Benoît/Sulzbach/Salabert)
- La Semaine sanglante (1871, Jean-Baptiste Clément, sur le timbre : Le Chant des paysans, mus. de Pierre Dupont)
- Le Soldat de Marsala (1870, Gustave Nadaud / Gustave Nadaud)
- Le Fils de l’Allemand (1871, Villemer-Delormel/Paul Berry)
- La Légende de Saint Nicolas (XVe s., redécouverte par Gérard de Nerval)
- La Marseillaise anticléricale (1881, Léo Taxis, sur le timbre : La Marsellaise)
- Le Chat Noir (1884, Aristide Bruant, chez Bruant/Salabert)
- Chrysanthème (1890, Paul Fuchs/Léo Delibes, aux Éditions Heugel & compagnie)
- Plus d’patrons (1890, Aristide Bruant, sur le timbre : La Carmagnole)
- Le Grand Métingue du Métropolitain (années 1890, de Mac-Nab / Camille Baron, chez Heugel)
- Les Amis de Monsieur (1897, Eugène Héros / Cellarius, chez Salabert)
- Fille d’ouvriers (1898, Jules Jouy/Gustave Goublier)
- Envoi de fleurs (1898, Henri Bernard/Paul Delmet, chez Enoch)
- Gloire au 17ème (1907, Montéhus / Chantegrelet-Doubis)
- Les Frous-frous d’amour (ou « La Gavotte des vers luisants », 1909, de Léo Lelièvre & Henri Christiné / Paul Lincke, chez Apollo-Verlag/Semi)
- L’Éloge des Vieux (1910, paroles Yvette Guilbert, sur l’air de Lison dormait dans la prairie de l’Abbé de L’Attaignant, XVIIe s.)
- La chanson de Craonne (1917, anonyme & collective, collectée par Paul Vaillant-Couturier, sur l’air de Bonsoir m’amour, mus. Adhémar Sablon)
- Elle vendait des p’tits gâteaux (1919, Jean Bertet / Vincent Scotto, chez Salabert)
- Bien chapeautée (1920, Albert Willemetz- F. Sollar / Henri Christiné, de l’opérette Phi-Phi, chez Salabert)

Olivier Hussenet, concepteur du feuilleton (interprète), Manon Landowski (interprète) accompagnés de Cyrille Lehn (au piano)

Audio

Histoire de la Chanson / feuilleton chanté / 3e épisode
Auditorium de la Cité de la Musique, Marseille, 29 octobre 2008

De l’Empire à la fin de la Grande Guerre
Olivier Hussenet, concepteur du feuilleton (interprète), Manon Landowski (interprète) accompagnés de Cyrille Lehn (au piano)