Olympia

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

Emplacement

Olympia
28 boulevard des Capucines, Paris 9e
France

Pour remplacer les montagnes russes, pôle d'attraction des parisiens de 1888 à 1892, Joseph Oller fait édifier une vaste salle luxueuse pouvant contenir deux mille personnes. Inaugurée en 1893, l'Olympia propose un programme de music-hall à l'anglaise, des ballets, quelques chanteurs, dont Eugènie Buffet pour l'ouverture, et surtout des attractions qui font courir tout Paris, parmi lesquelles Diavolo, acrobate à moto, Houdini, le prestidigitateur, Frégoli, transformiste ventriloque ou encore un dompteur de crocodiles.

Jacques-Charles en devient le directeur en 1911 et modifie les installations scéniques pour pouvoir y présenter des revues qui donnent la part belle aux numéros visuels. De 1917 à 1928, la direction est confiée à Paul Franck, un ancien mime. La plupart des interprètes de l'époque s'y produisent : Mayol, Milton, Yvonne George, Damia, Fréhel, Andrée Turcy, Alibert, Maurice Chevalier. En 1929, la salle devient un cinéma.

Bruno Coquatrix rachète le bail pour redonner à la salle sa vocation première de spectacle de music-hall (comme l'a fait Mitty Goldin à l'ABC dans les années 1930). La programmation s'appuie sur des artistes de première partie, des attractions et une vedette, dans un savant mélange de genres.

Le départ est donné en 1954 avec un spectacle qui fait date : la vedette est Lucienne Delyle, mais l'événement vient de la première partie assurée par Gilbert Bécaud, depuis lors artiste fétiche de la salle. L'Olympia devient vite la salle de référence des artistes de variétés. En cette seule année 1954 s'y produisent, entre autres, Georges Brassens, Eddie Constantine, Annie Cordy, Les Frères Jacques, Jacques Hélian, Charles Trenet, Joséphine Baker, Léo Ferré, Juliette Gréco, Dario Moreno, Jean Sablon, Jacques Brel, Mouloudji ou Philippe Clay.

La salle a proposé de nombreux spectacles entrés dans la légende : Edith Piaf à la fin de l'année 1960, qui en trois mois de scène sauve la salle de la faillite, les Beatles en 1964 lors leur première apparition en France, en première partie de Sylvie Vartan, Jacques Brel en 1964, Charles Aznavour en 1965 (deux mois de one-man-show), Johnny Hallyday et Sylvie Vartan en 1967, Oum Kalsoum pour son unique prestation en Europe, Charles Trenet en 1975 pour ses adieux, Léo Ferré en 1972 (avec le groupe Zoo), Michel Polnareff en 1973 (pour son spectacle "Polnarévolution", dont l'affiche est interdite), Michel Fugain et le Big Bazar en 1974, Coluche en 1975, Alain Souchon et Laurent Voulzy en 1979, Yves Montand en 1981 après 13 ans d'absence, Michel Sardou six mois d'affilée en 1995, et bien d'autres.

Bien qu'elle soit classée à l'inventaire des monuments historiques, la salle est entièrement détruite en 1997, pour être reconstruite quelques dizaines de mètres plus loin à l'identique, avec ses deux mille fauteuils de velours rouge, ses murs noirs, son plafond bleu nuit, son rideau rouge. Seule la scène est agrandie et les installations techniques améliorées. Le concert de réouverture est, comme il se doit, confié à Gilbert Bécaud, pour son trentième spectacle à l'Olympia.

A la fin du mois d'août 2001, Vivendi Universal a conclu un accord avec Paulette et Patricia Coquatrix, gérantes de l'Olympia et propriétaires de la marque, pour le rachat de l'exploitation et de l'équipement du music-hall parisien.
 

EN ECOUTE :

CARTE :

Javascript is required to view this map.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM