Souchon, Alain

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1944) - Auteur, Compositeur, Interprète, Acteur

Adolescent, Alain Souchon traîne son mal de vivre dans les collèges et lycées qui l'ennuient. Il n'est pas doué pour les études et cherche sa voie. Après un séjour à Londres il décide d'être chanteur. Il se produit dès 1969 dans les cabarets et les bars de la Rive Gauche à Paris. En 1971, il signe un premier contrat avec une maison de disques, mais les trois 45 tours publiés ne rencontrent pas le succès escompté ("Un coin de solitude "…).

En 1974, après sa rencontre avec Laurent Voulzy, sa carrière commence vraiment. "J'ai dix ans", chanson drôle et faussement naïve, marque le début d'une amitié et d'une association professionnelle riche de très nombreuses chansons. Pour ce premier album éponyme, Voulzy ne réalise que les arrangements. Dès le suivant en 1976, Bidon ("Bidon", "S’asseoir par terre"), il s’investit plus dans la composition, alors que Souchon se concentre essentiellement sur les textes et le chant.

Le succès continue en 1977 avec Jamais content ("Jamais content", "Allo maman bobo"). Alain Souchon après l’Elysée Montmartre se produit à l’Olympia en première partie de Jean-Jacques Debout, puis de Thierry Le Luron. Toto 30 ans (1978), paraît un peu plus sombre que les précédents. On y trouve "L’amour en fuite", chanson écrite à la demande de François Truffaut pour illustrer son film du même nom qui sort en 1979.

Dès 1980, Alain Souchon fait ses premiers pas en tant qu’acteur dans Je vous aime de Claude Berri. Il tournera en tout sept films avant de décider qu’il n’était pas fait pour ça : Tout feu tout flamme de Jean-Paul Rappeneau en 1981, l’été meurtrier de Jean Becker en 1983, Comédie de Jacques Doillon en 1987 (on retrouve la chanson titre sur Ultra moderne solitude en 1988)…

Souchon se produit pour la première fois en tête d’affiche à l’Olympia, en janvier puis en novembre 1980. Sur Rame ("Rame", "On s’aime pas", "Manivelle"…), sorti la même année, il retrouve Michel Jonasz, un vieil ami. En 1983 sort On avance ("On avance", "Casablanca"…). Sur cet album, Laurent Voulzy ne participe à l’écriture que d’un seul titre ("Saute en l’air") ; Souchon fait appel à ses amis Michel Jonasz, Louis Chédid et David McNeil pour le composer.

Le duo se reforme sur C’est comme vous vous voulez en 1985 ("La Ballade de Jim", "C’est comme vous voulez"). Alain Souchon se produit dans la foulée sur la scène du Palais des Sports à Paris. Nouveau triomphe en 1989 avec Ultra moderne solitude ("Quand je serai K.O.", "Ultra moderne solitude"). Il le présente sur scène au Théâtre des Champs Elysées, puis au Casino de Paris. A cette occasion sort le live Nickel en 1990. En 1991, Alain Souchon écrit sur une musique de Jean-Claude Petit, "Le Zèbre", pour le film éponyme de Jean Poiret. On retrouve le titre sur C’est déjà ça en 1993 ("Foule sentimentale", "L’amour à la machine"…).

Le disque est un énorme succès et se vend à plus d’un million d’exemplaires. La tournée qui suit rassemble 200 000 personnes. En 1999, Souchon récidive avec son acolyte de toujours Laurent Voulzy et sort l'album Aux ras des pâquerettes ("Rive Gauche", "Le Baiser"), aux textes un peu plus pessimistes que ceux de ses albums précédents. En novembre 2001, paraît Collection, best of d'Alain Souchon, comprenant 17 titres de 1984 à 2001, dont un inédit. Il commence en janvier 2002, une tournée acoustique de six mois, en France, qui s'arrête au Casino de Paris, pour plusieurs dates, fin mars et fin avril. Témoin de cette série de concerts, J’veux du live paraît en décembre 2002.

Le 5 septembre 2005 sort La vie Théodore, nouvel album d'Alain Souchon. Laurent Voulzy y compose trois morceaux : "Putain ça penche" au riff de guitare très stonien, "Et si en plus y'a personne" et la très belle ballade "A cause d'elle". Pierre Souchon participe aux musiques des trois derniers morceaux ("Le Marin", "L'île du dédain"...). Alain Souchon y rend hommage à Théodore Monod ("La vie Théodore") et à Françoise Sagan ("Bonjour tristesse"). Avec "Et s'y en plus y'a personne", il aborde le thème de l'intolérance religieuse et de la violence qui en découle. Alain Souchon entame une tournée en février 2006, avec huit passages à l'Olympia en mars et deux Zénith à Paris en juin.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM