Rivat, Jean-Michel

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1939) - Auteur

Né à Vesoul, il commence à écrire des chansons au début des années 1960, et signe dès 1964 les textes d'adaptation pour Joe Dassin, dont, en 1965, "Guantanamera".

En 1966, il monte un canular : déguisé en hippie sous le nom d'Edouard, il chante "Les Hallucinations", qui parodie le Tube du moment, "Les Elucubrations d'Antoine". Avec un autre parolier, Frank Thomas, il co-signe les premiers succès de Joe Dassin : "Les Dalton", "La Bande à Bonnot" (1967) et "Siffler sur la colline" (1968).

La collaboration de Jean-Michel Rivat et de Frank Thomas se poursuit au-delà : "Bébé requin" pour France Gall, "Deux minutes trente-cinq de bonheur" pour Sylvie Vartan (1967), "Des jonquilles aux derniers lilas" pour Hugues Aufray (1968), "L'amour ça fait passer le temps" pour Marcel Amont (1971).

Au début des années 1970, ils forment le duo d'auteurs à succès, en écrivant pour Stone et Charden ("L'Avventura", "Il y a du soleil sur la France, "Made in Normandie"), pour Claude François ("Y'a le printemps qui chante", "Le Lundi au soleil"), pour Patrick Juvet ("La Musica") ou pour Alain Chamfort ("Signe de vie, signe d'amour").

Leur collaboration s'arrête en 1973 ; Jean-Michel Rivat continue à écrire seul pour Michel Delpech ("Les Divorcés" en 1974, "Le Chasseur" en 1975, "Loir et Cher" en 1977), ou pour le Martin Circus ("Un coin qui sent le foin") et Alain Chamfort nouvelle manière ("Géant"). Il lance en 1985 Desireless avec "Voyage voyage".

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM