Renaud, Line

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1928) - Interprète

Née dans un petit village du Nord de la France qui lui vaudra son titre de "Mademoiselle From Armentières", Jacqueline Enté chante dès son plus jeune âge sur les tables du café de sa grand-mère avant de participer aux radio-crochets de la région. A 14 ans, elle se présente au concours d'entrée du conservatoire de Lille. <--break->Elle est recalée mais rencontre le directeur de Radio-Lille qui l'engage pour chanter dans l'orchestre de Michel Varlop.
 
Elle se produit ensuite dans différents night clubs sous le nom de Jacqueline Ray avec un répertoire de chansons réalistes. Raymond Legrand la remarque et l'emmène à Paris où elle fait la connaissance de Lou Gasté. Il la convainc d'abandonner son pseudonyme pour celui de Line Renaud et ses chansons tristes au profit d'un répertoire écrit sur mesure : Ma Cabane au Canada (Prix de l'Académie Charles Cros en 1949), Où vas-tu Basile ?. Il la surnomme désormais la "sentimentale gaie". Très vite elle passe en vedette anglaise puis américaine d'Yves Montand au Théâtre de l'Etoile et participe à des émissions radiophoniques à la demande de Maurice Chevalier.
 
En 1950, elle épouse son pygmalion de vingt ans son aîné et passe en vedette à l'ABC. Le Chien dans la vitrine, Etoile des neiges et surtout Ma Petite folie, sa plus grosse vente de disques, succèdent à l'échec qu'elle rencontre au cours de son second passage à l'ABC en 1952. Elle connaît rapidement un succès international, se produit au Moulin Rouge en 1954 et fait ses premiers pas au cinéma dans "La Madelon", film de Jean Boyer. Succédant à Joséphine Baker et Mistinguett, elle devient meneuse de revue au Casino de Paris durant quatre années, avant de mener une carrière internationale avec notamment un engagement à Las Vegas.
 
En 1960, Line Renaud parraine un jeune homme intimidé par sa première émission de télévision, Johnny Hallyday. Durant les années 1960 et 1970, sa carrière d'actrice et de chanteuse se poursuit aussi bien en France qu'à travers le monde. En 1973, elle crée un show à l'américaine qu'elle emmène en tournée pendant deux ans. En 1976 elle monte une nouvelle revue pour tenter de sauver le Casino de Paris.
 
Dans les années 1980, elle débute au théâtre avec "Folle Amanda", pièce qu'en 1986, elle part jouer en Floride. En 1989, un accueil triomphal l'attend au Japon où elle est choisie comme vedette des festivités du bicentenaire de la révolution. De retour en Occident, elle tourne au cinéma, ("Ripoux contre ripoux", "J'ai pas sommeil", "Belle Maman"), joue au théâtre, ("Pleins feux" à la Michodière), et même à la télévision française et américaine.
 
Cette femme au grand cœur est une des premières à se lancer dans une lutte acharnée contre le Sida et n'a pas cessé, vingt ans après, de se battre contre le fléau. Elle publie deux livres autobiographiques : "Les brumes d'où je viens" et "Maman".

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM