Moustaki, Georges

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1934-2013) - Auteur, Compositeur, Interprète

Joseph Mustacchi naît à Alexandrie le 3 mai 1934 dans une famille grecque, son père est libraire. Il fait sa scolarité au lycée français. Il s'installe à Paris en 1951, fait des petits boulots, et écrit des chansons qu'il chante à l'occasion, notamment à l'Echelle de Jacob ou à La Colombe, ou que d'autres interprètent, comme "Il n'y a plus d'amandes" par Henri Salvador.

Un après-midi de fin février 1958, Henri Crolla, guitariste d'Yves Montand, emmène Georges Moustaki boulevard Lannes, chez Edith Piaf. Georges Moustaki a 23 ans, il compose et écrit, cherche des éditeurs et des interprètes, mais il n'est pas au courant de ce rendez-vous arrangé par Crolla. Il n'apprend où il va que dans la voiture, il n'a donc rien préparé de précis à proposer à Edith Piaf. Elle est très entourée dans son appartement, mais comme elle apprécie beaucoup Henri Crolla, elle parle avec Georges Moustaki. Il lui chante quelques chansons qui parlent de soleil, de farniente. Edith Piaf lui aurait dit : "si vous voulez faire des chansons pour moi, ce n'est pas dans ce style qu'il faudra écrire". Il va tout de même l'écouter le soir même sur la scène de l'Olympia et assiste au dîner servi chez elle après le spectacle...

En mai suivant, Edith Piaf part chanter à Stockholm. Georges Moustaki l'accompagne. Ils entament une liaison alors que Georges Moustaki est marié et père d'une petite fille... Elle déclare à France-Dimanche en parlant de lui : "Jo, ses chansons sont bouleversantes, pleines de soleil, d'îles lointaines, d'amour passionné. Elles iront loin." Le 3 juillet, elle enregistre une première chanson de Georges Moustaki, "Un étranger" (Georges Moustaki/Norbert Glanzberg). Une seconde version sera gravée le 3 septembre suivant avec une musique co-signée par Georges Moustaki et Robert Chauvigny. Dès le 7 juillet dans l'émission Télé-Paris, elle interprète deux autres chansons : "Eden Blues" (Georges Moustaki/Georges Moustaki) et "Le gitan et la fille" (Georges Moustaki/Georges Moustaki). Il lui écrit également à la même période, "Les orgues de barbarie" (Georges Moustaki/Georges Moustaki). Lors de sa tournée d'été, Piaf propulse Moustaki sur la scène du Palm Beach à Cannes. Pour elle, il a une vocation d'interprète. L'essai est concluant. Elle annonce alors qu'elle a l'intention de l'associer à sa prochaine tournée américaine et que : "quand nous reviendrons l'année prochaine à Paris, ce sera un chanteur exceptionnel". Au cours de cet été, Georges Moustaki lui écrit le texte de "Milord", mis en musique par la fidèle Marguerite Monnot, qui deviendra un de ses très grands succès. Le soir du 5 septembre, elle l'interprète au restaurant Chez Maxim's, accompagnée à la guitare par Georges Moustaki. Ils rejoignent ensuite sa maison de campagne de Condé-sur-Vesgre avec le fils aîné de Marcel Cerdan. Le lendemain vers midi, ils reprennent la route de Paris. La route est glissante, un camion ralentit brusquement. Moustaki ne peut l'éviter. La voiture s'encastre à demi sous le châssis du camion. Moustaki ne souffre que de commotions, le fils de Cerdan a le nez tuméfié, mais Edith Piaf a perdu connaissance, a une profonde entaille à la tête, deux tendons du bras sectionnés et une entaille à la lèvre. Le contrat avec l'Empire Room, cabaret de l'hôtel Waldorf Astoria de New York est reporté. Après un séjour à l'hôpital et une courte période de convalescence, Piaf reprend les répétitions et réapparait sur scène à Rouen le 28 octobre où la création de "Milord" est acclamée.

Le 6 janvier 1959, Edith Piaf prend un avion pour New York. Georges Moustaki l'accompagne. Elle commence à chanter à l'Empire Room le 26 janvier, avec à son répertoire trois de ses chansons : "Milord", "Le gitan et la fille" et "Faut pas qu'il se figure" (Michel Rivgauche/Georges Moustaki). Moustaki pourtant n'est pas heureux. D'une part, il ne fait pas partie de la programmation de l'Empire Room et d'autre part, il est venu aux Etats-Unis contraint et forcé. En effet, Edith Piaf a menacé d'annuler ses concerts s'il ne l'accompagnait pas. Leurs relations s'enveniment. Une violente dispute éclate entre eux le premier février. Le 3 février, Moustaki part en vacances en Floride. Leur relation prend fin. Edith Piaf ne garde "Milord" à son répertoire que parce que le public la réclame. Elle enlève les autres chansons de Moustaki et quand elle interprètera "Faut pas qu'il se figure", ce sera sur une nouvelle musique de Charles Dumont. Elle enregistre tout de même "Milord" et "T'es beau tu sais" (Henri Contet/Georges Moustaki) le 5 août 1959.

Hugues Aufray, Pia Colombo ou Colette Renard ("Les Musiciens") chantent ses chansons, mais Georges Moustaki ne rencontre guère de succès avec ses propres 45 tours au début des années 1960 ("Les Orteils au soleil", "Dans mon hamac"). Il écrit pour Serge Reggiani ("Sarah", "Ma liberté") en 1967, et pour Barbara, qu'il vient accompagner sur la scène de l'Olympia en 1968 pour chanter en duo "La Longue dame brune".

Ce n'est qu'en 1969 avec "Le Métèque", un des grands succès de l'année, qu'il est reconnu comme interprète. Suivent "Joseph" ou "Il est trop tard", ainsi que d'anciennes chansons qu'il réenregistre, "Donne du rhum à ton homme" ou "Ma solitude". Il fait sa première grande scène à Bobino en 1970, une salle qu'il retrouvera régulièrement, entre ses tournées internationales, de même que l'Olympia (1977, 1979). Il passe également au Théâtre de la Ville (1976), au Théâtre Dejazet (1987) ou au Casino de Paris (1993 et 1997), et fait en 1986 une tournée de Paris qui passe, entre autres, à la Salle Gaveau, au Bataclan ou à la Gaîté-Montparnasse.

Avec une image de voyageur paresseux et de faux dilettante, il construit un répertoire d'amoureux nonchalant, sensible aux rencontres musicales : "Nadjejda" (1973), "Les Amis de Georges" (1974), "Pourquoi je chante" (1975), "Alexandrie" (1976), "Elle est elle" (1979), "C'est là" (1981), "Lazy blues" (1984), "Méditerranéen" (1992), ou "Chaque instant est toute une vie" (1996).

Sa géographie musicale va de la Grèce, il interprète régulièrement Manos Hadjidakis : "Pourquoi mon dieu", "La Pierre", "L'Acteur" au Brésil ("Bahia" en 1977, "Sanfoneiro", enregistré à Rio en 1984, ou "Les Eaux de mars", une adaptation de "Aguas de março" d'Antonio Carlos Jobim). En 1996, il chante en duo, en espagnol avec Nilda Fernandez, et avec Enzo Enzo ("Des mots démodés"). Il passe au Casino de Paris en 1997 et au Petit journal Montparnasse en 1998. En novembre 1998, il donne un concert triomphal à Varsovie.

En 2000, il publie un ouvrage (Fils du brouillard) et se produit en juin à l'Olympia à guichets fermés. Il remplace Robert Charlebois, au festival des Vieilles Charrues, en Bretagne, en juillet 2001. A 69 ans, il publie le 25 novembre 2003, Moustaki, un nouvel album réalisé et orchestré par Jean-Claude Vannier. Parmi ces douze nouvelles chansons, Moustaki met en musique un poème de Jean Prévost ("Petit testament"), interprète une composition du guitariste Henri Crolla ("Paris a le coeur tendre") et rend hommage à l'actrice Emma Thompson ("Emma"). Il entame une tournée dès novembre 2003 en France et en Allemagne, avec un passage par le Casino de Paris les 12 et 13 décembre. Il revient en septembre 2005 avec Vagabond, album enregistré en grande partie au Brésil. Trois en plus tard, en 2008, il sort le disque Solitaire, réalisé par Vincent Segal du groupe Bumcello. On y trouve des duos avec Cali ("Sans la nommer"), Vincent Delerm ("Une fille à bicyclette"), Stacey Kent ("Les restes") et la chanteuse du groupe Pink Martini, China Forbes ("Ma solitude" et "Donne du rhum à ton homme"). Georges Moustaki se produit sur la scène de l'Olympia et part en tournée.

Le 8 janvier 2009, à Barcelone, il est contraint de quitter la scène en raison d'une maladie des bronches incurable. Ne pouvant plus chanter, il écrit, peint et dessine. En février 2011, il publie un recueil de pensées et de souvenirs intitulé La sagesse du faiseur de chansons.

Georges Moustaki est décédé à Nice à l'âge de 79 ans le jeudi 23 mai 2013.
 

 

Le 5 janvier 1959, au cours de l'émission "La joie de vivre",
Edith Piaf interprète "Faut pas qu'il se figure" (Michel Rivgauche/Georges Moustaki) :

 

Crédits des chansons à écouter ci-dessous :

Eden Blues par Edith Piaf (Georges Moustaki / Georges Moustaki), EMI Music France, Universal Music Publishing, 1958 / Le gitan et la fille par Edith Piaf (Georges Moustaki / Georges Moustaki), EMI Music France, Métropolitaines éditions, 1958 / Les orgues de Barbarie par Edith Piaf (Georges Moustaki / Georges Moustaki), EMI Music France, Métropolitaines éditions, 1958 / Milord par Edith Piaf (Georges Moustaki / Marguerite Monnot), EMI Music France, Salabert, 1959


EXTRAITS AUDIO :
 

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2016 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM