Jacno

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

1957

Denis Quillard naît en juillet 1957 à Paris. Vivant avec ses parents dans une HLM, mais issu d’une famille possédant un patrimoine (châteaux, propriétés…) qui a fondu avec son grand-père, il reçoit durant son enfance une éducation catholique. Il écoute principalement de la musique classique (Mozart, Chopin…), avant de découvrir le Velvet Underground. Vers 14 ans il joue de la batterie dans un groupe de rock. Il rencontre Elli Medeiros, au lycée Charlemagne, et avec elle au chant, commence à enregistrer des maquettes. Il prend alors le surnom de Jacno, en référence au graphiste, auteur du casque gaulois, imprimé sur les paquets de Gauloises. Le 4 juillet 1976, les Stinky Toys (« jouets puants », jeu de mots à partir de Dinky Toys, célèbre marque de voitures miniatures), donnent leur premier concert au Théâtre des Blancs-Manteaux. Répertorié comme le premier groupe punk français, ils jouent un rock brutal, avec des paroles en anglais chantées par Elli Medeiros. Secondé par des amis, bons musiciens (Bruno Carone à la guitare, Alain Dériat à la basse et Hervé Zénouda à la batterie), Jacno apprend la guitare pendant tout le début du groupe. Sur scène, ils reprennent des morceaux des Who, des Rolling Stones et de David Bowie, et interprètent leurs propres compositions. Jacno se réclame à l’époque plus de la scène new-yorkaise (Television, Patti Smith), que londonienne. Dans l’appartement parisien d’Elli et de Jacno, on écoute les Who, les Stooges , les Rolling Stones ou encore le Velvet Underground, mais pas de disques punks anglais. Repérés par Malcolm McLaren, impresario des Sex Pistols, ils partent pour Londres et jouent en première partie de ceux-ci, mais également des Clash. Les Stinky Toys font la couverture de l’hebdomadaire musical Melody Maker. Publiés fin 1977 et en juin 1979, leurs deux albums sans nom, ne rencontrent pas le succès escompté. En novembre 1979, Jacno enregistre à l’aide d’un synthétiseur, le morceau instrumental « Rectangle », utilisé pour Copyright, premier moyen métrage d’Olivier Assayas. Publié en 1980 sur un maxi, le morceau devient numéro un des ventes en France et dans plusieurs pays européens, et sonne la fin des Stinky Toys. Jacno défriche le terrain de la pop électronique instrumentale en France, près de vingt ans avant Daft Punk ou Air, qui aujourd’hui revendiquent son parrainage. Sollicité par Etienne Daho, grand fan des Stinky Toys, Jacno réalise en 1980, son premier album, Mythomane. Il travaille également avec Lio, sur ses singles « Amoureux solitaires » (adaptation du « Lonely Lovers » des Stinky Toys) et « La Petite Amazone ». Toujours précurseur, en ce tout début des années 80, inspiré par Blondie et Françoise Hardy, il lance le premier duo pop à la française, Elli et Jacno, dont l’album, Tout va sauter, comprenant la ritournelle pop synthétique « Main dans la main », paraît en 1981. Jacno compose et Elli écrit les textes. L’année suivante sort Boomerang, avec « Oh la la ». Eric Rohmer, qui aurait écouté « Rectangle » par l’entremise de l’actrice Pascale Ogier, et qui trouvait que cela ressemblait à du menuet électrique, contacte Jacno pour écrire la musique de son prochain film. La Bande Originale du Film, Les Nuits de la pleine lune, sortie en 1983, constitue le dernier album d’Elli et Jacno. Après la publication d’un 45 tours en tant qu’interprète en 1984 (« Tant de baisers perdus », sur un texte de Françoise Hardy), qui rencontre un certain succès à la radio, Jacno s’oriente vers la production. Il compose et produit l’année suivante le premier 45 tours de Pauline Laffont, « M’oublie pas », sur un texte d’Etienne Daho. En 1986, il produit, Sous influence divine, de Daniel Darc, ancien chanteur de Taxi Girl, qui sort en 1987. En 1988, il publie son premier album solo en tant qu’interprète, T’es loin, t’es près, et réalise Tombé du ciel de Jacques Higelin. En 1991 paraît son deuxième album Une idée derrière la tête, suivi en 1995 par Faux témoin, produit par Etienne Daho, comportant le single « Hymne à ma mauvaise foi ». Entre temps, il a écrit le texte du morceau « Le Bourdon », pour Paul Personne, sur Comme à la maison, sorti en 1992, et enregistré « D’une rive à l’autre », en duo avec Romane Bohringer, en 1994. Lui qui se définit comme un artiste dans la marge, revient aux premiers plans en 1999 avec La part des anges, son quatrième album. Réalisé avec Les Valentins, qui ont travaillé peu avant cet enregistrement avec Alain Bashung sur son Fantaisie militaire, ce disque renoue avec les instrumentaux pop synthétique qui ont fait le succès de Jacno au début des années 80 (« La part des anges », « O.A.O »), propose des morceaux pop exemplaires (« Je viens d’ailleurs », « Sans un bruit », « Mort pour la vie »), une relecture de « Je vous salue Marie » électro, et une reprise piano/voix de Nino Ferrer (« Le Sud »). Jacno en profite pour donner une série de concerts. En 2002, il publie French paradoxe. On retrouve à ses côtés Helena Noguerra, compagne de Philippe Katerine, avec qui il chante « Désamour », morceau pop à la mélodie entêtante, A.S Dragon (groupe qui accompagnait Bertrand Burgalat sur scène), pour une reprise psyché-rock de « Rectangle », mais également Miossec qui cosigne « Toi et moi » et l’interprète, ou encore Arthur H qui compose et joue du piano sur « Les Objets ». Jacno participe à l’enregistrement et au clip de « J'fume pu d'shit » du groupe Stupeflip. En 2003, on le découvre en tant qu’acteur dans Variété française de Frédéric Bideau, et Les Lionceaux, de Claire Doyon, en compagnie de Dani. Un nouvel album, Tant de temps, est attendu.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM