Brel, Jacques

Créé le 29 septembre 2010 |
Mots clés :

(1929-1978) - Auteur, Compositeur, Interprète

Né à Bruxelles dans une famille d'industriels, il se familiarise avec la chanson dans les mouvements de jeunesse catholique. Il débute dans les cabarets bruxellois, notamment à la Rose Noire, et enregistre un 78 tours en 1953. Jacques Canetti, alors responsable artistique chez Phillips, le fait venir à Paris et lui propose de passer dans son cabaret, les Trois-Baudets.

Les débuts sont durs. Il se produit ainsi pendant plusieurs années dans les cabarets parisiens : L'Ecluse, les Trois-Baudets, l'Echelle de Jacob. S'accompagnant à la guitare, maladroit et timide, il interprète ses propres compositions : "La Haine", "Il peut pleuvoir", "Sur la place", "Le Grand Jacques", qu'il enregistre en 1954.

En 1956, avec "Quand on n'a que l'amour", il commence à se faire connaître et remporte le Grand Prix de l'Académie Charles Cros. A cette époque, il entame sa collaboration avec François Rauber, qui sera son arrangeur attitré, et avec Gérard Jouannest, son pianiste accompagnateur. En 1958, à l'Olympia, il vole la vedette à Philippe Clay ; on commence à découvrir un homme de scène à l'art consommé, qui incarne jusqu'au bout de ses forces ses chansons. Il devient réellement une vedette, avec "Ne me quitte pas", "La Valse à Mille temps", "Les Flamandes".

Jacques Brel enchaîne les récitals et tourne sans arrêt, mettant au point ses interprétations sur scène avant de les enregistrer avec orchestre en une prise. Il est en 1961 à l'Olympia avec "Les Bourgeois", "Les Biches", "Madeleine", puis enregistre "Rosa" et "Le Plat pays". Il se produit de nouveau à l'Olympia en 1963 ("Les Vieux", "Les Bigotes"), en 1964 ("Amsterdam", qu'il créée pour l'occasion, "Mathilde", "Jef", "Les Bonbons", "Au suivant") et en 1966 pendant un mois ("Ces gens-là", "L'Age idiot"). Il y annonce qu'il arrête les tours de chants, mais doit attendre 1967, et la fin de tous ses engagements, pour s'en retirer effectivement.

Il ne rompt sa promesse que pour monter une comédie musicale, L'Homme de la Mancha ("La Quête", "Dulcinea"), qu'il adapte et qu'il interprète avec Dario Moreno à Bruxelles en octobre 1968, puis au Théâtre des Champs-Elysées à Paris. A la même époque, un spectacle, composé des chansons de Jacques Brel adaptées par Mort Shuman, tient l'affiche à Broadway : Jacques Brel is Alive and Well and Living in Paris. Jacques Brel se consacre alors au cinéma : comme acteur avec Les Risques du Métier, L'Emmerdeur, Mon Oncle Benjamin... et comme réalisateur : Franz en 1971, avec Barbara, et Far West en 1973, qui seront deux échecs. Déjà atteint par un cancer, il part s'installer en Polynésie, aux Marquises, et revient quelques semaines en France en 1977, le temps d'enregistrer un nouvel album qui fait l'événement avant même sa sortie ("Jaurès", "Les Marquises", "Orly", "Vieillir"). Il meurt le 9 octobre 1978.

RÉAGISSEZ  COMMENTEZ

Donnez votre avis

Poster un nouveau commentaire

CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
crédits le hall

© LE HALL DE LA CHANSON 1990 - 2017 :: Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de la Villette - Pavillon du Charolais - 211, Avenue Jean Jaurès 75019 Paris - 0153724300


logo MCC
NOUS
SOUTIENNENT

logo SACEM